Du XVIIIe au XXIe siècle

James Cuthbert est le premier seigneur anglophone ayant habité la seigneurie de Berthier. Sa femme décède en 1785 et il décide d’ériger un monument afin d’enterrer son corps. Comme les protestants ne possèdent pas de cimetière sur la seigneurie de Berthier, il fait bâtir un bâtiment à vocation funéraire qui servira également de lieu de culte. La première chapelle presbytérienne de la province voit donc le jour dans ce petit village québécois. Elle est construite par le maître maçon Antoine Leblanc en 1786 et les travaux de menuiseries et de finition sont effectués l’année suivante par Pierre Fouré dit Vadeboncoeur. Elle est connue sous le nom de la chapelle St. Andrew durant soixante-dix années et se trouve être le seul endroit de rassemblement pour les protestants de l’époque jusqu’à l’ouverture de l’église anglicane Saint-James en 1856.

 

Plusieurs membres de la famille Cuthbert ont été inhumés dans la chapelle et la dépouille de ces derniers est transportée dans le cimetière anglican de Berthier, excepté celle de Catherine Cairns. En effet, cette dernière est toujours enterrée sous le jubé et elle le demeure encore à ce jour. En 1895, le domaine seigneurial est cédé au cultivateur Honoré Lincourt, par les héritiers d’Edward Octavian Cuthbert, mais la chapelle St. Andrew ne fait pas partie de cette cession. Le gouvernement s’approprie cet édifice religieux en 1927 et d’importantes réparations aux murs, au toit et au clocher sont entreprises un an plus tard par l’architecte P. Roy Wilson. Il faut encore attendre trente années pour que la chapelle soit classée monument historique et vingt ans de plus pour qu’elle soit restaurée entièrement selon les marchés initiaux de maçonnerie et de menuiserie.

 

En 1978, la Corporation du patrimoine de Berthier est un organisme à but non lucratif qui est mis en place afin de conserver et de mettre en valeur le patrimoine historique, architectural, naturel et artistique de la région de Berthier. Elle assure l’animation et l’interprétation historique de la chapelle. Une exposition permanente est présentée sur l’histoire de Berthier et un espace pour les artistes en arts visuel et en métiers d’art, particulièrement ceux de la région lanaudoise, est réservé dans le monument.  La Corporation soutient également des projets tels que la restauration du cimetière anglican de Berthier et celle du pont couvert Grandchamp, entre autres. La chapelle des Cuthbert représente une architecture d’une époque d’antan, où la construction de routes, de ponts, de moulins à scie ou à farine était la priorité du seigneur.